Théâtre de Buée

Accueil Qui sommes nous? Créations Ateliers Galerie PARCOURS
Actualité

 

Accueil

"un spectacle qui incite les enfants à parler, à chanter et même…. à écrire"
Lila a perdu son prénom ! Qui du lapin malicieux, de la grenouille moqueuse ou de la belle fleur capricieuse pourra l’aider à ne plus jamais
l’oublier ?





Unsplashed background img 2

Qui sommes nous?


Théâtre de Buée est une compagnie de théâtre créée en novembre 2002.

La coordinatrice artistique est Séverine Batier, comédienne et metteur en scène.

Théâtre de Buée, le nom, se réfère à la nouvelle traduction de l’Ecclésiaste par Henri Meschonic :

Buée de Buée. Tout est Buée.

Et pâture de vent.

Au lieu de :

Vanité des Vanités. Tout est Vanité. Et poursuite du vent.

La Buée a remplacé la Vanité et c’est la condition humaine qui respire. Evaporé le destin, abolie la fatalité. Il ne reste plus qu’une légère trace, quelques gouttes d’eau qui glissent le long de la vitre et la chaude haleine animale, humaine qui émane des êtres.


Un Théâtre de Buée renvoie à une fragilité et à une immatérialité ; la buée comme processus chimique qui vient de la confrontation entre la chaleur émanant du corps et la fraîcheur de l’air, la buée qui sort de la bouche, celle qu’on essaie de recueillir au lit du moribond, pour voir s’il vit encore, symbolise le souffle de vie. Elle nous renvoie à l’éphémère du Théâtre, cet art de l’instant qui nous parle d’éternité ; à la précarité de notre condition mais aussi à notre résistance. A la résistance du moindre souffle d’air.

C’est une position philosophique, politique aussi ; artistiquement le travail du texte et celui du corps sont intimement mêlés. Les séances de travail commencent toujours par un échauffement.

Les personnes qui travaillent au sein du Théâtre de Buée, sont des compagnons de route rencontrés au fil des ans. Nous avons partagé les mêmes plateaux (comédiens ensemble), nous avons accompagné le passage des uns ou des autres à l’écriture ou à la mise en scène et réciproquement.


Le choix des textes:

Les textes choisis parlent de révolte, du lieu où l’individu se confronte au groupe;

là où se produit une effraction de l’intime dans le social. Ce que l’on ne voulait pas voir, ce dont on aurait aimé éviter de parler, ce qui «fait tâche», cela surgit quand même. Parfois c’est obscène.



Que ce soit  Richard III, le boiteux tellement difforme qu’il est condamné à être un scélérat, ou Byron poète adulé puis détesté, exilé, qui intègrera ses plaintes contre sa femme et ses compatriotes à l’intérieur de Don Juan, le hurlement du Vice-consul vierge d’India Song au milieu d’une soirée mondaine, qui veut « au moins une fois rester une nuit avec Elle », la quête éperdue d’Aurélia Steiner dans les bras des marins qui ressemblent à son père mort dans les camps, tandis que la mer en colère inonde la Ville, métaphore de la colère d’Aurélia, jusqu’à la Révolution française où éclate l’Idéal de gens qui ont à peine trente ans, créant en 4 ans une rupture radicale avec tout ce qui a existé auparavant, partout toujours dans mes choix revient la lutte de l’individu face au monde tel qu’il est, la lutte entre ce que les autres ont prévu pour vous et votre désir, ce refus d’accepter cette place que l’on vous a assignée et dont vous êtes censé ne plus bouger.


Parcours que l’on peut retrouver dans les deux contes pour enfant, où des petites filles doivent se prendre en main pour survivre et cela passe beaucoup par la liberté de parole et l’accès au savoir.


Synthèse de l’ensemble, les 4 petites formes de je suis une biche d'élevage communiste parlent de l’ambiguïté de la position de l’artiste, entre l’impossible compromis et la résignation, instable équilibre, va et vient permanent entre le désir et ses limites.


A cela on peut ajouter la résistance de l’idiot face au nazisme dans Schweyk dans la seconde guerre mondiale de Brecht, la recréation du monde par Claudel dans le Soulier de Satin où la souffrance est transcendée, la frustration sublimée, le renversement des valeurs opéré et où, parce qu’ils sont séparés les amants sont réunis ; la révolte des Trois Sœurs face à l’évaporation de leurs rêves et la vanité de l’existence, et dans Draculea, encore l’apparition du monstre qui doit « boire» celle qu’il aime pour continuer à vivre.


Théâtre de Buée  soutient aussi  Uniquement les Amis de Laurence de la Fuente, Compagnie Pension de Famille, créé à La Manufacture Atlantique à Bordeaux en Octobre 14, en tournée en Aquitaine jusqu’en mars 2015 ainsi que Je marcherai d’après Sylvia Plath par Tamara Schmidt et Violaine Roméas Compagnie Des mots dans les nuages, présentation le 24 juillet 2015 au festival de Camaret en Bretagne.

CONTACT/COORDONNEES

Théâtre de Buée- 8 rue du Général Renault 75011 Paris - tél : 06 72 40 76 66 - theatredebuee@orange.fr - http://www.theatredebuee.fr – Association régie par la loi du 1 Juillet 1901 – Licence spectacle n° 2-1043184 - Siret : 447 809 732 000 20 APE 9001Z.

Théâtre de Buée, créations :

Aurélia Steiner de Marguerite Duras projet collectif du groupe D (Valérie Blanchon, Séverine Batier, Nathalie Nambot et Pascale Nandillon), créé au Studio Théâtre de Vitry en 2004 et 2005 et repris à Anis Gras-le lieu de l’autre à Arcueil en 2006.

Don Juan d’après l’œuvre de Lord Byron, mise en scène de Séverine Batier, créé à Anis Gras-le lieu de l’autre en 2007, au Château de la Roche –Guyon lors de Nuit Blanche 2008 et à l’Hôpital Chenevier de Créteil en 2009.

14 Juillet une révolution en Europe, collage de texte et mise en scène de Séverine Batier, créé au Château de la Roche-Guyon, en juillet 2010.

Valentina et la poupée magique de et par Alexandra Giuliano et Séverine Batier en 2003-2004.

Les Lettres de Lila (aujourd’hui A la recherche du prénom perdu) de et par Sophie Pernette et Séverine Batier, en 2006-2007.

Le premier spectacle a été joué à Anis Gras, dans des crèches et des bibliothèques à Paris et à Royan (17). Les Lettres de Lila a été joué dans les crèches et maternelles des Yvelines par Alice Letumier et en alternance par Séverine Batier ou Alexia Pommerol.



Théâtre de Buée ateliers :
cf: Ateliers
Unsplashed background img 2

Créations


A la recherche du prénom perdu

Théâtre musical par Alice Létumier et Séverine Batier, Lila a perdu son prénom ! Il faudrait l’écrire pour s’en souvenir. Ces amis Panpan le lapin et Yoyo la grenouille lui conseillent de demander à la Fleur. Mais la Fleur est très capricieuse. Elle veut bien donner à Lila les lettres de son prénom, mais en échange de chaque lettre, elle devra lui rapporter de la terre, de l’eau, du soleil et du vent….

Proust, Fantômes poursuivis

Une recherche autour de Marcel Proust menée par Mari-Mai Corbel, Gérard Vidal et Séverine Batier a commencé en décembre 2013 en Grèce, elle s’est poursuivie en Juin-Juillet 2014 en réflexion et répétition, avec le soutien de RAVIV dans le cadre du partage d’espaces des lieux de répétitions.

Je marcherai

Un projet de Tamara Schmidt et Violaine Roméas. C’est une rêverie d'une rêverie, les yeux grands ouverts, le corps vif et alerte, en quelque sorte une rêverie éveillée autour de l'oeuvre de Sylvia Plath.

Je suis une biche d'élevage communiste

Une proposition collective de Séverine Batier, Fabrice Dupuy, Frédéric Faure et Tamara Schmidt. Ce projet politique et poétique sur les rapports entre les artistes et le pouvoir, a été réalisé à l’occasion des 6e Théâtrales du Musée des Automates et de la 3e édition du Festival J’acte et jactes de Limoux.

14 Juillet une révolution en Europe

Dramaturgie et mise en scène : Séverine Batier avec le concours de Danton, Louis XVI, Marie Antoinette, Joseph II, James Macintosh, Emmanuel Kant, Richard Price, Giuseppe Parini et bien d'autres… Avec Serge Cartellier, Valentina Fago, Alban Gérome et Tamara Schmidt.

Don Juan

d’après Lord Byron : Ainsi nous n’irons plus vagabonder Si tard la nuit Bien que le cœur aime encore Et que la lune brille toujours Car l’épée use le fourreau Et l’âme épuise le cœur Et le cœur doit faire halte pour souffler Et l’amour lui-même a besoin de repos….

Aurelia Steiner

Par le groupe D. Aurélia Steiner. Un appel. Un nom. Figure postée en trois points du globe : Melbourne, Vancouver, Paris. Elle écrit, épousant la géographie d'une terre marquée par les lignes d'errance des habitants, la vieille histoire de ceux qui n’ont plus de lieu où aller, où dormir.

Valentina et la poupée magique

L'histoire d'une petite princesse dont la maman avant de partir lui offre une poupée qui parle... Théâtre musical d’Alexandra Giuliano et Séverine Batier

Uniquement les Amis

Uniquement les Amis de Laurence de la Fuente, compagnie Pension de Famille. Monologue axé sur l'aspect sensible du réseau social Facebook et de la question du réel et de la fiction Facebook est un réseau social mais aussi comme le préfigure Gilles Deleuze une sorte de « machine célibataire », un immense story-telling du réel…

Unsplashed background img 2

Ateliers


Atelier adulte

L’atelier est un endroit de recherche et de liberté où les acteurs amateurs et semi-professionnels peuvent se plonger dans une œuvre pendant deux ans et se confronter au public lors de deux représentations exceptionnelles.

L’atelier en pédopsychiatrie

« C’est une prairie vaste, pleine de fleurs, il y a des moutons qui mangent des fleurs, et des fleurs qui mangent des moutons. D’énormes fleurs carnivores. Il ne faut pas trop s’approcher, des fois qu’elles nous prendraient pour des moutons. » Travail autour de récits et d‘improvisations avec des préadolescents en milieu fermé.

Psychiatrie adultes

J’écris avec la main de mon âme Qu’elle maladie, qu’elle aventure C’est un moi(s) de mai qui ne viendra jamais Ah c’est l’automne, ça lui étonne Je voyais des chats avec des cornes Un ciel de roses et une mer étoilée

Art et culture au collège

L’atelier met en place différents supports et matériaux (notamment le graphisme du street art) qui développent l’imaginaire de chacun et creusent la question de « qui je suis et quelle est ma place ici et maintenant » et pour la deuxième année, quelle est la signification du mot « Liberté ». Le projet consiste aussi en sorties (arts plastiques, danse, théâtre) en lien avec le travail.

ARE

L’Atelier en école élémentaire essaie de développer l’expérience du sensible (sons, gestes, mots) en amenant les enfants à être au plus près de leurs sensations et à employer le langage poétiquement. A partir de l’album d’Anne Herbauts « de quelle couleur est le vent ? »

L’atelier Théâtre /Feldenkraïs

L’atelier à l’intention de malades du sida travaillait sur la libre expression et la réappropriation de leur corps.

Unsplashed background img 2

Galerie


Unsplashed background img 2

Parcours


Eléments Biographiques des personnes qui ont travaillé ou qui travaillent au sein de la compagnie

Par Séverine Batier

Je travaille avec mes amis, c’est à dire avec ceux que j’ai croisé au fil de mon parcours, avec qui j’ai joué, que j’ai mis en scène, ou qui m’ont eux–mêmes dirigée.

Séverine Batier : en tant que comédienne, j’ai joué principalement avec Vincent Lacoste (4 spectacles), Catherine Vallon (4), Laurence de la Fuente (3), Sébastien Derrey (1) et aujourd’hui avec Pascale Nandillon (2 spectacles) dont la compagnie, l’Atelier Hors- Champ, était en résidence au Mans au Théâtre du Radeau et artiste associé à l’Espal jusqu’en 2012. Avec elle, nous avons créé Aurélia Steiner, avec Nathalie Nambot et Valérie Blanchon. Nous avons joué avec Sébastien Derrey et avec Vincent Lacoste. J’ai été son assistante sur le petit Poucet et elle a joué dans Don Juan.

Mon parcours en tant que metteur en scène se fond avec celui de la compagnie, vous le trouverez dans la rubrique « Qui sommes-nous ».

Tamara Schmidt a joué avec Catherine Vallon et j’ai joué dans sa première mise en scène Mad’ s girl love song à Anis Gras. Au sein du Théâtre de Buée elle joue dans Don Juan et dans Je suis une biche d’élevage communiste ; nous avons donné ensemble un atelier en pédopsychiatrie à l’Hôpital d’Aulnay Sous Bois de 2009 à 2012 et elle a fait Je /Nous, ici et maintenant(2012) et Liberté liberté chérie deux projets dans le cadre d’Art et Culture (CG93) au collège Evariste Gallois à Epinay / Seine. Elle a travaillé notamment avec Marc François, Eric Didry et Dominique Féret. C’est une actrice très particulière, très concrète, avec une grande fraîcheur dans son jeu et quelque chose de brut.

Frédéric Faure était dans l’Atelier à Paris depuis le début jusqu’en 2012 et a joué dans Richard III, Don Juan et Je suis une biche d’élevage communiste. Il est journaliste et il écrit. Il est celui sur lequel je peux compter a priori pour mettre en valeur le texte et faire entendre les vers. Il a beaucoup d’humour et un grain de folie.

Fabrice Dupuy joue dans Richard III, Don Juan et Je suis une biche d’élevage communiste j’ai été son assistante sur une pièce de lui, Le Témoin, et j’ai lu en public sa pièce Jumel. Il a joué entre autres avec Franck Dimech. C’est aussi un acteur de texte, sensuel et sauvage, très byronien, ce qui n ‘a pas que des avantages.

Véronique Petit est celle que je connais depuis le plus longtemps. J’ai découvert sa compagnie TGV, lorsque je faisais une émission sur le Théâtre à Aligre Fm en 1990, puis j’ai joué avec elle, nous avons fait des ateliers ensemble, j’ai été œil extérieur sur un de ses spectacles, Strip-tease. Elle est proche de la danse, a un rapport immédiat au corps, n’a pas peur du contact et possède une distance naturelle par rapport à tout ce qu’elle fait. Elle joue dans Don Juan.

J’ai rencontré Valentina Fago à Nanterre lorsqu’elle travaillait avec Stanislas Nordey sur la Noce et moi sur l’Orestie avec Serge Tranvouez en 1997. Elle joue dans Don Juan et dans 14 Juillet. Elle a été formée à l’école de Luca Ronconi. Elle travaille aussi aux côtés de Garance Dor et de Thomas Ostermeier. C’est une actrice étonnante, qui dessine extrêmement précisément le moindre de ses gestes et en garde la mémoire. Un tempérament de feu.

J’ai rencontré Serge Cartellier lorsqu’il était assistant de Pascale Nandillon, nous avons joué ensemble sur Célébration d’un mariage par Sébastien Derrey et il a été mon professeur de Feldenkrais. Il joue dans Don Juan et dans 14 Juillet, il a joué avec Tamara dans le conte de Genévrier mise en scène de Catherine Vallon. Il a travaillé avec Marc François, Pascal Kirsh, aujourd’hui avec la chorégraphe Perrine Mornay et il joue dans le Macbeth de Pascale Nandillon. Un acteur souple et sensuel, amoureux du verbe et danseur.

J’ai joué avec Alban Gérome dans deux spectacles de Catherine Vallon, c’est un frère de plateau doué d’un grand sens comique, pince sans rire et en même temps un acteur sensible et émouvant qui s’engage profondément dans ce qu’il fait. Il joue dans 14 Juillet. Il travaille notamment avec Jean Michel Rabeux et Pascale Nandillon.

J’ai joué avec Alice Letumier dans A Outrage Secret, Vengeance Secrète de Caldéron de La Barca, mis en scène par Vincent Lacoste, elle a joué dans Richard III et A la Recherche du prénom perdu.

Olivier Gallis est chanteur, auteur- compositeur ; je l’ai rencontré à Bordeaux où il jouait. Appréciant énormément sa musique, d’une dimension mélancolique dans la plus pure tradition de la chanson française (de Reynaldo Hann à Jean louis Murat en passant par Serge Gainsbourg) mêlant quelques influences blues rock, je lui avais fait part de mon désir de travailler avec lui. A la lecture d’un poème de Byron, “ she walks in beauty ” il a composé une chanson à la guitare, devenue le fil conducteur de Don Juan.

Sophie Pernette a écrit et créé A la Recherche du prénom perdu avec moi. Nous jouons ensemble au sein de l’Atelier Hors- Champ de Pascale Nandillon.

Alexandra Giuliano a écrit et créé Valentina et la Poupée Magique avec moi. Elle est aujourd’hui productrice de dessins animés.

Frédéric Tétart, plasticien et vidéaste, rencontré sur Célébration d’un mariage, a créé la lumière et la scénographie de la petite forme de Don Juan. Il est aujourd’hui scénographe éclairagiste et ingénieur son de l’Atelier Hors- Champ. Un homme sensible et qui contextualise ce qu’il fait, curieux et intellectuel.

Le groupe D s’est constitué afin de monter Aurélia Steiner, avec Pascale Nandillon, Valérie Blanchon, Nathalie Nambot et moi-même. Rejointes par Cyril Desclées et Olivier Derousseau.

Nathalie faisait partie du groupe Tchang de Didier Georges Gabily, je l’ai rencontrée aux ateliers de Jean françois Sivadier. Elle est aujourd’hui cinéaste.

J’ai rencontré Valérie lors d’un stage avec Bruno Meyssat. Elle a joué dans Richard III. Elle a été formée au CNSAD, et a joué avec Frédéric Fisbach, Wajdi Mouawad….

Cyril est éclairagiste et metteur en scène, il a créé les lumières de spectacles de Pascale Nandillon et de Clyde Chabot entre autres, dans lesquels je l’ai rencontré.

Olivier Derousseau est acteur et cinéaste, il a travaillé avec Alain Béhar avec Nathalie qui nous l’a présenté.

Marc Planceon, comédien, danseur nous a rejoints en 2011, ainsi que le créateur de ce site François Boulay, rencontré au festival de Limoux, data master, scénographe, plasticien…